La Fureur du dragon de Bruce Lee à l'affiche du cinéma de René Château Le Hollywood Boulevard

Quand le distributeur René Château décide de sortir « Le Fureur du dragon » dans les salles françaises, il ne fait pas les choses à moitié. En cette année 1974, les films de Bruce Lee (1940-1973) attirent un public relativement confidentiel dans des salles de quartier spécialisées. René Château, alors associé de Jean-Paul Belmondo dans la distribution de ses films, sort le grand jeu pour ce qui deviendra un classique du film d’arts martiaux. Il va notamment dans son propre cinéma parisien, le Hollywood Boulevard opérer une sortie savamment orchestrée.

René Château, l’homme-cinéma.

Celui qui fut tour à tour publicitaire et distributeur de films au sein de la Warner France devient dans les années 1970 l’homme de l’ombre de la star nationale Jean-Paul Belmondo.

A travers leur société de distribution Cerito Films, le duo maîtrise la sortie des succès de l’acteur depuis « Le Magnifique » (1973) jusqu’à « Joyeuse Pâques » (1984). Entre temps, des dizaines de films, avec un dispositif marketing bien rôdé, ont atteint les premières places du box-office: « Flic ou voyou » , « L’As des as » ou encore « Le Professionnel ». C’était l’époque où le nom de famille de l’acteur, placé en haut de l’affiche, était deux fois plus grand que le titre du film et celui du réalisateur…

René Château est également un précurseur dans la préservation et la diffusion de grands classiques du cinéma et de films oubliés. En passionné éclairé, il rachète les catalogues de films qui, à l’époque, ne suscitent pas vraiment l’intérêt que portent aujourd’hui les institutions et les grandes sociétés de production au patrimoine cinématographique. Ainsi, il acquiert les droits d’une riche collection d’œuvres et parfois de chefs-d’œuvres issus de maisons de productions en vente comme Les Films Marceau-Concordia ainsi que de Cocinor, des Films Raoul Lévy, des Films Fernand Rivers, de Filmel, de CCFC, de Regina Productions et de Tobis (Filmsonor).

Grâce à lui, les passionnés de cinéma vont découvrir un grand nombre de classiques du cinéma, souvent inédits et enfin réédités en VHS puis en DVD. Qui ne se souvient pas de l’emblème de René Château, la fameuse panthère noire déambulant sur le fond musical de « Ainsi parlait Zarathoustra » op. 30 composé par Richard Strauss?

Façade du cinéma Hollywood Boulevard de René Chateau avec l'affiche peinte de Bruce Lee - www.salles-cinema.com

Ci-dessus: la façade du cinéma de René Château en 1974 annonçant la sortie prochaine de « La Fureur du dragon ». Collection particulière.

La découverte de Bruce Lee.

Le nom de René Château est également associé à celui de la star mondiale des films d’arts martiaux: Bruce Lee. La vague des films de karaté commençait alors à frémir et l’intérêt pour le « petit dragon » par un public occidental avide de sensations fortes, n’avait fait que croître depuis son décès prématuré en 1973. Le film « Opération dragon » (1973) sorti sur les écrans français au début de l’année 1974 avait d’ailleurs réalisé un très beau score: 250.000 entrées à Paris en première exclusivité. Les droits étaient détenus par la Warner, « Opération dragon » n’avait ainsi pas été programmé dans les salles du Hollywood Boulevard.

René Château, détenteur des droits de distribution de son précédent film « La Fureur du dragon » réalisé en 1972, décide de le sortir en cette année 1974. Son cinéma du boulevard Montmartre est mis à l’honneur pour le film-événement de la star disparue prématurément un an plus tôt. Ainsi, les trois salles du Hollywood Boulevard vont programmer en boucle le film inédit en France de Bruce Lee.

On parle de la somme de 50.000 francs dépensés pour la conception de la campagne publicitaire de « La Fureur du dragon » au Hollywood Boulevard. L’affichage grandiose sur la façade du cinéma et sa conception furent confiées à l’agence Publidécor.

C’est la date du 18 décembre 1974 qui est retenue pour la sortie française et exclusive dans le cinéma de René Château de « La Fureur du dragon ». Malgré l’interdiction aux spectateurs de moins de 13 ans, le film comptabilise 35.000 entrées la première semaine rien qu’au Hollywood Boulevard. Le film est à l’affiche des trois salles du cinéma de René Château qui totalisent 647 fauteuils. Le film sortira officiellement en province le 5 février 1975 et dans d’autres salles parisiennes le 22 mars 1975.

René Château avait déjà mesuré le potentiel de la star asiatique en organisant durant l’été 1974, soit quelques mois avant la sortie de la « Fureur du dragon »  , un festival Bruce Lee pour célébrer le premier anniversaire de sa mort. « Big Boss » (interdit aux moins de 18 ans), « La Fureur de vaincre » et « Opération dragon » ont ainsi bénéficié d’une sortie au Hollywood Boulevard. En trois semaines, 50 000 spectateurs se sont rendus dans le cinéma des grands boulevards.

Les chiffres des dix premières semaines de « La Fureur du dragon » programmé au seul Hollywood Boulevard:

  • 18 au 24 décembre 1974 : 35.093 entrées. Recettes : 491.288 francs ; (1er classement hebdo entrées salles parisiennes)
  • 25 au 31 décembre 1974 : 27.057 entrées. Recettes : 351.741 francs.
  • 1er au 7 janvier 1975 : 21.075 entrées. Recettes : 273.975 francs (1er classement hebdo entrées salles parisiennes);
  • 8 au 14 janvier 1975 : 15.777 entrées, Recettes : 205.100 francs.
  • 15 au 21 janvier 1975 : 13.738 entrées. Recettes : 178.590 francs.
  • 22 au 28 janvier 1975 : 12.332 entrées. Recettes : 160.316 francs.
  • 29 janvier au 04 février 1975 : 11.103 entrées.
  • 05 au 11 février 1975 : 11.052 entrées.
  • 12 au 18 février 1975 : 9.998 entrées.
  • 19 au 25 février 1975) : 7.296 entrées.

La « Fureur du dragon » totalisera 1 million d’entrées sur Paris.

René Château, un précurseur des films de genre.

Alors que le cinéma de genre est aujourd’hui reconnu par la critique et les historiens du cinéma, il faut reconnaître et saluer le travail de René Château qui, outre son goût pour les classiques du cinéma français et les catalogues oubliés, avait programmé et plus tard édité des films d’horreur, érotiques ainsi que des films de la black exploitation.

Remerciements: M. Hervé Reculon.

Sur le même thème:

Historique et photos du cinéma le Hollywood Boulevard.

Livre: Le Brady, cinéma des damnés.

C’étaient leurs dernières séances: un aperçu des cinémas parisiens en 1984.