Les riverains et les cinéphiles n’y pensaient même plus. Le cinéma Grand Écran, situé sur la Place d’Italie à Paris, va rouvrir son rideau, lamentablement baissé depuis le mois de janvier 2006. Annoncé dans un article du Parisien daté du 31 août, c’est un dénouement heureux pour tous ceux qui se sont offusqués de cette fermeture et se sont battus pour que le cinéma ne soit pas transformé en un énième temple du textile. La dynamique association Sauvons le Grand Écran n’a pas lâché d’une semelle les promoteurs et les élus, à coup de recours judiciaires, afin de les mettre face à leurs responsabilités.

L’ancien cinéma, resté plus de cinq ans muré, voit donc son destin luire sous une nouvelle étoile. Nous avions parlé du Gaumont Grand Écran Italie et de sa fermeture définitive, c’est une inespérée et heureuse nouvelle de pouvoir commenter son projet de réouverture.

Retour sur les faits: grandeur et décadence du Grand Écran Italie.

Nous sommes en 1992 et la firme Gaumont inaugure en grandes pompes son nouveau vaisseau amiral: le Grand Écran Italie, un complexe cinématographique de trois salles intégrées dans le nouveau bâtiment futuriste du centre commercial Italie 2 imaginé par l’architecte Kenzo Tange. Le cinéma a fière allure puisqu’il s’ouvre directement sur la Place d’Italie et propose une salle gigantesque de 1500 m2 pour une capacité de 700 fauteuils. Cette salle était initialement destinée à un studio de télévision. Deux autres salles, de capacité moindres (100 fauteuils chacune) mais confortables et dotées de fauteuils en gradin, ne sont étrangement pas intégrées dans le complexe Grand Écran: il faut traverser la galerie commerciale pour les rejoindre et accéder à la caisse.

Mais qu’importe, il faut compter désormais avec le Grand Écran Italie: avant-premières, blockbusters et grands films populaires (en version française et également en version originale) font le bonheur des cinéphiles qui en ont plein la vue et les oreilles dans cette salle à la pointe de la technologie. Le premier film projeté dans la grande salle sera « IP5″ de Jean-Jacques Beineix et c’est « King-Kong » de Sam Raimi qui sera le dernier film à l’affiche… l’indomptable gorille aura-t-il ainsi tout bazardé sur son passage?! Le jour de la fermeture, les spectateurs désireux de se faire une dernière toile au Grand Écran n’auront même pas le droit d’assister à la dernière séance de 22h00: elle sera tout bonnement annulée, la direction ayant eu peur d’éventuel débordement face à la colère de cinéphiles hostiles à sa fermeture…

En ce début des années 1990, le 13ème arrondissement de Paris et sa forte densité de population, est étrangement sous-équipé en cinémas. Les salles sont concentrées dans le quartier des Gobelins: l’UGC Gobelins est doté de 7 salles, son concurrent le Gaumont Gobelins Fauvette affiche 5 salles, son « petit frère » l’ancien théâtre Rodin reconverti en cinéma et également exploité par Gaumont propose 2 salles, tandis que l’attachant cinéma d’Art et Essai l’Escurial est doté de deux salles dont la belle salle Panorama.

L’innovant et design multiplexe Mk2 Bibliothèque, installé dans le nouveau quartier de la Bibliothèque François Mitterrand, n’a pas encore ouvert ses portes, de même que le multiplexe Pathé Quai d’Ivry, situé en bordure de l’arrondissement, est encore à l’étude. Le 13ème a perdu pas mal de ses cinémas de quartier, dont le Barbizon, aujourd’hui détruit, qui accueillait les spectateurs de la rue de Tolbiac.

Gaumont parie donc sur son prestigieux Grand Écran Italie pour lancer une nouvelle ère de salles gigantesques. C’est également sous la dénomination Grand Écran que la société renomme ses complexes dotés de grandes salles: le célèbre Kinopanorama devient ainsi le Gaumont Grand Écran Grenelle. Il ne résistera pas non plus à le fermeture définitive en cette décennie.

Mais en cette période charnière de l’exploitation cinématographique, un nouveau type de cinémas voit le jour en France en 1993: les multiplexes. Ces mégas cinémas proposent non seulement des conditions de projections parfaites mais également une diversité de l’offre: ils peuvent atteindre jusqu’à 20 salles pour les plus grands. Les multiplexes ne sont plus l’apanage des périphéries des villes puisque même le centre-ville de Paris voit ces cinémas géants s’implanter dans des quartiers en renouveau: l’UGC Ciné Cité Bercy ouvre en 1998 ou encore le Mk2 Bibliothèque, inauguré  en 2003, situé justement non loin du Grand Écran Italie…

Les cinémas Gaumont, entre-temps rachetés par Europalaces (qui réunit les salles Gaumont et Pathé) semblent avoir du mal à remplir la salle de 700 places: les blockbusters qui remplissent le cinéma ne sont pas si fréquents et la concurrence du Mk2 voisin n’arrange en rien les affaires de l’exploitant.

La fermeture est décidée, le Grand Écran mis en vente et de nouveaux commerces déjà annoncés: Habitat et H&M entre autres logeront dans l’espace délaissé. Mais c’était ignorer la résistance et fervente opposition, grâce notamment à l’association Sauvons le Grand Écran, de cinéphiles qui pointent du doigt la vocation initiale et exclusivement cinématographique des lieux.

A force de recours et d’acharnement, la réouverture du cinéma se profile donc en cet été 2011.

Le projet du multiplexe de la Place d’Italie:

Réouverture certes, mais surtout transformation. Alors que l’association souhaitait conserver la grande salle de 700 places du Grand Écran Italie, les cinémas Gaumont et Pathé présenteront fin septembre leur projet de modification de la salle en un multiplexe de 10 salles pour une capacité totale de 1250 fauteuils. La salle majestueuse du Grand Écran ne survivra donc pas. Selon Jérôme Coumet, le maire du 13ème arrondissement, le projet du nouveau multiplexe de la Place d’Italie est suffisamment avancé pour en parler officiellement.

Le maire annonce même que c’est sous l’enseigne Pathé que le multiplexe sera exploité, si les autorisations nécessaires sont validées par le CDEC (Commission Départementale des Équipements Cinématographiques)..

Heureux dénouement donc pour les cinéphiles qui verront l’offre cinématographique augmenter (l’UGC Gobelins annonce même une extension alors que le Mk2 Bibliothèque est en passe d’ouvrir deux salles supplémentaire en lieu et place de restaurants).

Une question tout de même ne va pas tarder à se poser: Gaumont et Pathé, qui ont déjà fermé le cinéma Rodin, sur l’avenue des Gobelins, pour le transformer en Fondation Jérôme Seydoux-Pathé pour le Cinéma, ne vont-ils pas concentrer leurs investissements sur ce nouveau complexe et délaisser par là-même le Gaumont Gobelins Fauvette et ses 5 salles? C’est un fait avéré: lorsqu’un nouveau mastodonte cinématographique s’installe, les cinémas de quartier tirent la langue et voit leur fréquentation baisser.

Comment Gaumont et Pathé se sont décidés à reprendre l’exploitation et miser sur sa transformation? Face à la crise économique actuelle, les enseignes de textiles seraient plus frileuses à ouvrir des magasins dans le centre commercial Italie 2. Les chiffres de fréquentation des multiplexes voisins, depuis l’UGC Ciné Cité Bercy jusqu’au Mk2 Bibliothèque en passant par le Pathé Quai d’Ivry, explosent tout comme la fréquentation des multiplexes au niveau national: Gaumont et Pathé ont donc revu leur copie.


Ténacité des associations et des cinéphiles:

Il faut saluer la ténacité de l’association Sauvons le Grand Écran et des cinéphiles et riverains qui sont pour beaucoup dans ce combat de sauvegarde d’un équipement culturel. Les élus semblent eux aussi avoir entendu le message des parisiens.

Copyright: www.salles-cinema.com

En savoir plus:

>> Voir le site de l’association Sauvons le Grand Écran.

>> Voir les détails de l »ancien cinéma Gaumont Grand Écran Italie.

>> Toutes les autres actualités et dossiers sur le cinéma.