Cinéma Mac-Mahon à ParisAdresse: 5, avenue Mac-Mahon à Paris (17ème arrondissement)
Nombre de salles: 1
Création: 1938
Cartes d’abonnement cinéma UGC Illimité-mk2 et Le Pass Gaumont-Pathé acceptées

Non loin de la place Charles-de-Gaulle Étoile et proche du quartier des Champs-Elysées, cette salle classée et labellisée Art et Essai, qui faisait partie du groupe Action, appartient désormais à la société Bolloré.

Belle et mythique salle unique qui programme principalement des reprises, son atmosphère dégage un parfum suranné. Allez découvrir le décor intérieur délicieusement kitsch, vous serez surpris par les bas-reliefs d’inspiration romaine et le plafond au ciel étoilé (voir photos ci-dessous). Avec sa façade qui rappelle les cinémas américains, le Mac-Mahon s’est longtemps spécialisé dans la projection de grands classiques du cinéma américain, proposant de la version originale, à une époque (les années 1950-1960) où peu de salles à Paris offrait cette possibilité.

Le Mac-Mahon a même eu son heure de gloire à partir de 1954, lorsqu’un groupe de jeunes cinéphiles co-anima la programmation de la salle en projetant les films de leurs cinéastes fétiches: Jacques Tourneur, Cecil B. DeMille, John Ford, Raoul Walsh, Fritz Lang, Joseph Losey, Otto Preminger et tant d’autres. Voisins de la rédaction des Cahiers du Cinéma, à l’époque située Place de l’Etoile, ces férus de cinéma étaient baptisés « les Mac-Mahoniens« , leur « courant » « le Mac-Mahonisme ».

Capacité du cinéma Mac-Mahon à Paris:

Salle de 150 fauteuil, écran de 4,5 mètres

Voir aussi sur le même thème:

> Hommage: Bernadette Lafont en haut de l’affiche du Mac-Mahon.

> Programme du cinéma Mac-Mahon à Paris

Ci-dessus: la salle du Mac-Mahon, à Paris.

Ci-dessus: Le hall du Mac-Mahon, avec ses photos de stars de cinéma (Belmondo, Guitry, etc.)

Ci-dessus: la façade de nuit du cinéma Mac-Mahon.

Ci-dessus: la sculpture masculine d’inspiration romaine.

Ci-dessus: la sculpture féminine d’inspiration romaine.

Jean Seberg devant le cinéma Mac-Mahon

La magnifique et intemporelle Jean Seberg aux portes du cinéma Mac-Mahon. A l’affiche: « Le Mystérieux Docteur Korvo » d’Otto Preminger. (Photo de R. Cauchetier pour le film « A bout de Souffle » de Jean-Luc Godard)